Mieux servi par soi-même ?

Publié le 14 Novembre 2012

Vous vous posez sans doute la question : pourquoi en est-elle venue à préférer le handmade aux tenues proposées par les marques lolitas ? Laissez-moi vous donnez quelques raisons et vous conter quelques situations dans lesquelles vous vous reconnaitrez sans doute.

Me voilà depuis un certain temps prise dans les filets de la mode lolita. Prise que dis-je ? J’y suis même saucissonnée, à tel point que je ne risque pas de m’en libérer. Les robes magnifiques, les froufrous, les dentelles, les jupes bouffantes et les coiffes magnifiques délicatement ornées de perles et de fleurs me hantent, pour ne pas dire m’obsèdent.

Remontons dans le passé, lorsque du haut de mes 20 ans je découvrais les sites de Fan Plus Friend et de Bodyline avant de m’extasier sur les articles des grandes marques lolitas. Dès lors, je ne savais plus où donner de la tête, ou plutôt dirais-je, où donner des yeux. J’avais la sensation qu’un nouveau monde d’élégance et de féminité s’ouvrait à moi. (Et j’exagère à peine en vous le formulant comme tel). Toutes ces robes, tous ces modèles ! En une minute je listais dix robes qui me plaisaient. Bien sûr, aux robes il me fallait ajouter des bloomers, des jupons, des blouses, et des accessoires. Enfin, vous comprenez sans doute ce que je veux dire, car j’en suis certaine, vous aussi êtes à la recherche de l’outfit parfait. Celui qui fera de vous la lolita que vous avez toujours rêvé d’être.

Hélas, j’ai vite freiné des quatre fers devant un obstacle de taille à mon rêve. Mes yeux, après s’être arrondis sur la beauté des articles proposés se sont très vite écarquillés sur le prix de toutes ces belles choses. L’argent… Là encore, n’ayons pas de secrets les unes pour les autres : bon nombre d’entre nous ne peuvent s’offrir tous les articles dont elles rêvent. Et pour cause, non seulement les articles en eux-mêmes sont chers, mais à leur prix s’ajoutent également les frais de port et les frais de douanes. Et oui ! Car nos précieuses robes nous venant tout droit d’Asie, nous devons malheureusement en payer le prix.

Telle fut ma première constatation : mon portemonnaie d’étudiante boursière n’y survivrait jamais. Hors de question pour moi - qui malgré mes rêves de princesse a les deux pieds bien ancrés au sol - de céder à la tentation. Je continuais donc de rêver devant les robes que je ne possèderai jamais, faute de moyens financiers et de m’offusquer contre ces prix que je jugeais plus qu’exorbitants, voir dans certains cas totalement injustifiés.

Mieux servi par soi-même ?

C’est alors que, toujours plus révoltée devant le prix de certains articles et notamment devant ceux des accessoires, je décidais de prendre les choses en main, et cela au sens propre du terme. C’est ainsi que le fait-main (handmade en anglais) est devenu pour moi une alternative. Ou plutôt L’alternative avec un grand L. Commençant par la fabrication de petits accessoires je me suis très vite aperçue que le web regorge de vidéos, de blogs ainsi que de forums de loisirs créatifs et de couture que je me ferai un plaisir de vous indiquez au fil de mes articles. Ma première grande passion fut les mini hats (mini chapeaux). Il est en effet très simple de réaliser vos propres mini hats pour un prix dérisoire ! Là aussi je partagerai mes secrets, pas d’inquiétude ;) ! De fil en aiguille - permettez-moi l’expression - j’ai cherché à savoir comment créer des headdress, des bows, des broches et tous les accessoires qui me manquaient.

Mieux servi par soi-même ?

De simple hobby, le fait main est devenu pour moi une véritable passion, voir même une façon de vivre et d’incarner le lolita. Si au départ ce sont les économies qui m’ont attiré vers le fait main, je dois aujourd’hui avouer que mes motivations ont évolué et ne se cantonnent plus uniquement à cet aspect financier. Par exemple, l’assurance d’avoir des vêtements à mes mesures est l’une des raisons qui me font aimer le handmade. Devoir acheter tous mes vêtements en ligne et donc ne pas pouvoir les essayer avant de sortir la carte bancaire m’a toujours effrayé. Surtout lorsque l’on a conscience que les robes nous viennent d’Asie où, avouons-le, nos collègues lolitas n’ont pas la même morphologie que nous. Avec le handmade ce souci s’est envolé.

De plus, lorsque l’on commence à connaitre les grandes marques, à fréquenter d’autres lolitas et à brasser les photos sur internet, il m’est apparu que les mêmes robes, les mêmes jupes, les mêmes accessoires, bref le même genre de coordination reviennent souvent. Combien de fois ai-je vu la Sugary Carnival d’Angelic Pretty ? J’aime cette robe mais elle revient un peu trop souvent sur le devant de la scène à mon goût ! Le handmade, lui, nous offre la possibilité de créer des pièces uniques que nous portons avec fierté! En outre, plus je couds, plus je créé et plus je trouve le style qui me correspond. Le handmade nous aide à savoir ce qui nous plait vraiment, à connaitre notre morphologie et donc à savoir ce qui nous va le mieux.

J’ai également cette image un peu romantique, peut-être trop traditionnelle et désuète de la lolita couturière installée derrière sa machine à coudre et qui s’applique à parfaire ses tenues. Une image qui je l’espère ne séduit pas que moi mais également certaines d’entre vous car je souffrirai de solitude dans le cas contraire.

Mieux servi par soi-même ?

En résumé, je vous invite donc à entrer dans l’univers du handmade en vous proposant de partager astuces, bon plans et patrons. Pour celles que le handmade effraie, sachez qu’il n’est pas si compliqué qu’il n’y parait et qu’avec un peu de bon sens et d’imagination, chacune et chacun d’entre nous peut réaliser les projets qu’il souhaite.

Alors je vous dis à très bientôt pour de nouvelles aventures dans le monde des froufrous, des dentelles et des tissus en tout genre ! Ne vous perdez pas en cours de route et n’oubliez pas vote matériel de couturière !

Mimic

Repost 0
Commenter cet article